L'ÉDITION 2017

© Mathieu Mercier

ÉDITION N°3

VIVRE L'ART DANS LA VILLE

JEUDI 21 SEPTEMBRE 2017

16h30-20h  / LA PANACÉE / MONTPELLIER

Le Meeting Art Objectif est un rendez-vous annuel sur la relation entre art et économie, initié par le magazine Objectif Languedoc-Roussillon. Cette troisième édition axée sur le thème  "VIVRE L'ART DANS LA VILLE" s'est tenue le jeudi 21 septembre 2017 au Centre d'art La Panacée, à Montpellier. Quelque 200 invités ont assisté à cette manifestation qui abordait la synergie entre trois acteurs clés : collectivités locales, entreprises et artistes contemporains.

EN PARTENARIAT AVEC

VIDÉO

DIAPORAMA

 

LA VIDÉO DU MEETING ART OBJECTIF

ARTICLE DE

PRESSE

ART CONTEMPORAIN

Le Meeting Art Objectif éclaire "les actions qui font sens"

Le Meeting Art Objectif, qui s'est tenu le 21 septembre, était centré sur les coopérations entre artistes, entreprises et territoires destinées à faire "vivre l'art dans la ville". Cette édition 2017 a rassemblé 200 participants à La Panacée de Montpellier.

 

Nicolas Bourriaud a ouvert les débats, modérés par Pascal Cayla (agence L'Art en Direct). Ce dernier est le chef de projet du très attendu MoCo, futur Centre d'art contemporain de Montpellier Métropole qui ouvrira ses portes en juin 2019 dans l'Hôtel Montcalm. Il sera couplé à La Panacée et à l'École des Beaux-Arts de Montpellier.

 

« Le projet MoCo, c'est une institution sur trois sites, qui épouse la forme de la ville, pour correspondre au territoire urbain, présente-t-il. Ces trois lieux réunis dans un établissement public commun, c'est là l'innovation... Le Musée ne conservera pas d'œuvres, il sera uniquement dédié à la présentation et à la valorisation des collections privées des autres. Cela correspond à une évolution inéluctable : les initiatives privées n'ont pas forcément la possibilité de se montrer au public, elles ont besoin de lieux pour exposer les œuvres.

 

La création d'une telle institution nécessite de créer un réseau social. Avec les Amis du MoCo, nous comptons déjà une trentaine de personnes, dont quelques collectionneurs, qui nous accompagnent dans cette aventure. Mais l'équation n'est pas la même qu'avec le Palais de Tokyo (qu'il a contribué à créer, en 1999 à Paris, et qu'il codirige jusqu'en 2006, NDLR). Avec le projet MoCo, nous n'avons pas le besoin crucial de faire appel à des fonds privés. Sur la Panacée et le chantier de Montcalm, la Métropole finance l'ensemble. Le recours au mécénat interviendra plutôt à l'avenir, pour l'internationalisation de l'école des Beaux-Arts par exemple. »

 

Des actions qui font sens

À sa suite, la table-ronde du MAO 2017, qui recensait les démarches entreprises pour créer de nouvelles relations entre artistes, entreprises et territoires, a présenté le MuMo, « musée mobile » d'art contemporain, destiné à rencontrer des enfants éloignés de la culture (7 pays visités).

 

© Edouard Hannoteaux

CONTACT

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.

LA PANACÉE

ACCUEIL

VIDÉO

PARTENAIRES

DIAPORAMA

ARTICLE DE PRESSE

CONTACT

 © Ecopresse  2017. All Right Reserved.